Les facteurs qui affectent la durée de vie des panneaux solaires

affectent la durée de vie des panneaux solaires

Les facteurs qui affectent la durée de vie des panneaux solaires

Elle varie d’un fabricant à l’autre, mais la longévité moyenne d’un panneau solaire se situe généralement entre 25 et 40 ans. S’il est conforme aux normes françaises et européennes, elle peut atteindre la trentaine. Cela ne signifie pas qu’il cessera de fonctionner au-delà de cette période. Certes, il continuera de fournir de l’énergie, mais son utilisateur devra en revanche s’attendre à une diminution de production. C’est pourquoi le propriétaire d’une installation devrait tenir compte de la durée de vie de ses modules photovoltaïques en se focalisant sur les éléments l’impactant.

Les conditions externes extrêmes

Ce sont sans doute les premiers facteurs qui ont une incidence sur le fonctionnement des panneaux solaires, bien qu’ils soient spécialement conçus pour résister aux intempéries. Les vents et humidités élevés, les températures brûlantes sur les toits ou les cycles annuels de (dé) gel vont en effet perturber leur comportement. Plus ils s’exposent à des conditions météorologiques extrêmes, plus ils risquent de se dégrader rapidement. Il est préférable de se renseigner au mieux sur les moyens de les protéger de ces éléments, qui sont évidemment impossibles à contrôler.

L’emplacement des panneaux solaires

On risque certainement de mettre en péril son investissement en oubliant de poser correctement le matériel. Aussi, leur stockage et transport devrait permettre d’éviter les microcracks. Le professionnel chargé de la mise en place du système doit également vérifier visuellement les éventuels défauts avant d’aménager les panneaux solaires. Bien entendu, il faut réaliser le câblage selon les normes de sécurité recommandé à cet effet. L’installation doit ainsi se faire dans les règles de l’art. La pente minimale devrait par exemple permettre l’autonettoyage, et l’ombrage partiel ne pas gêner les diodes de protection.

La qualité des composants

Une approche à long terme passe évidemment par une sélection rigoureuse de la bonne nomenclature des matériaux. Les fabricants emblématiques de panneaux solaires développent et utilisent à cet effet des méthodes de tri surpassant les certifications internationales comme l’IEC 61215. Celles-ci servent souvent à simuler le stress subit par les installations pendant leur présumée durée de vie en combinant l’influence des UV, de la température, de l’humidité, etc. Tout cela signifie qu’elles sont toutes exposées à des risques de défaillance : délaminage du Tedlar, bris du verre, dégradation du coating, microcracks des cellules solaires…

La maintenance et l’entretien

Bien qu’il soit inutile de le faire, le nettoyage est toutefois nécessaire compte tenu de son rôle à jouer dans la minimisation des risques de dégradation. C’est une attitude à adopter si l’on imagine qu’un propriétaire d’une installation compte absolument employer ses plaques solaires au moins durant deux décennies. D’autre part, il est préférable de se munir d’un dispositif de monitoring afin de vérifier les données de production électriques et surveiller les changements de puissance. Cela permet en outre de faciliter l’identification des problèmes potentiels. Avoir un œil sur son infrastructure est important dans la mesure où elle pourrait probablement créer des ombrages localisés. Si possible, mieux vaut organiser des visites régulières pour le contrôle des boîtes de jonction, des connectiques visibles et de la mise à la terre.

Read more
rénover efficacement sa toiture

Les méthodes pour rénover efficacement sa toiture

Il existe différentes façons de procéder pour réaliser les travaux de toiture. Le choix de la technique adaptée se fait cependant en fonction de l’âge du toit, de l’état général de ses matériaux et des problèmes à réparer. Autrement dit, tout dépend de la situation dans laquelle se trouve la couverture. Pour évaluer les ouvrages nécessaires, il est préférable de demander l’avis des experts. Le couvreur et le charpentier connaissent en effet la solution adéquate à préconiser. Ils savent s’il faut remettre en état le faîtage, remplacer un élément de la structure ou procéder à la réfection totale.

La réfection totale et l’isolation

Il s’agit d’un procédé courant et souvent utilisé lorsqu’on parle de la rénovation de cette partie de la maison. Il consiste à travailler l’isolation de toiture par l’extérieur et à mettre en place un écran sous la toiture en vue de garantir l’étanchéité et le changement de la couverture. Les professionnels ont tendance à recourir à cette technique lorsqu’elle est vraiment en piteux état. Si cela est insuffisant, il se pourrait qu’ils procèdent également à une remise en état de charpente en remplaçant quelques-uns de ses composants. Bien que la réfection intégrale et l’isolation soient deux opérations assez coûteuses, il faut dire qu’elles se traduisent comme les solutions efficaces pour éviter les ponts thermiques. Si l’on compte effectuer de tels travaux, mieux vaut en profiter pour installer un écran de sous-toiture.

Le traitement de la couverture en mauvais état

Il arrive que la couverture du toit affiche des endroits abîmés, nécessitant tout simplement quelques tuiles à remplacer ou à réparer. Ces pièces de recouvrement sont sensibles au soleil et au froid d’où elles peuvent se dilater et se rétracter. Sous ces actions, certaines d’entre elles pourraient probablement éclater ou se fissurer, entraînant par conséquent des points d’infiltration d’eau. À cet effet, l’étanchéité de la toiture s’obtient facilement en troquant celles qui se sont cassées. Autrement, elles peuvent s’envoler suite à une tempête ou de fortes rafales. Dans ce cas, il suffit d’en installer de nouvelles. Cette technique est également de mise si les intempéries ont arraché la couverture.

Le remplacement de la couverture

La situation pourrait vite se dégénérer d’où il est probable de recourir à cette dernière pratique. Elle est utile lorsqu’une toiture n’a pas été entretenue comme il faut. Elle convient notamment si elle se recouvre de lichens et de mousse. Mieux vaut l’employer pour des tuiles poreuses qui laissent passer l’eau ou le froid. Bien entendu, on peut se contenter d’un simple nettoyage ou traitement. Cependant, cette procédure finira par devenir obligatoire un ou deux ans après. Par ailleurs, il serait sans doute préférable que ce soit une entreprise spécialisée ou un expert charpentier qui se charge des étapes qui la compose. La dépose de la couverture en mauvais état et l’installation du nouveau matériau de toiture se feront ainsi en respectant les normes. Si le Plan Local d’Urbanisme le permet, il est possible de changer l’aspect ou le revêtement.

Read more
toiture-plate

Isolation de toiture plate à Bruxelles : quelques techniques à connaître

Les travaux d’isolation de la toiture font l’objet de nombreuses recherches. Différentes techniques sont actuellement disponibles. Les entreprises spécialisées dans le domaine suggèrent notamment la laine de roche présentée sous forme de rouleaux. Certains prestataires utilisent des plaques. Puis, il y a des produits en vrac. Tous ces choix ont leurs avantages respectifs. Voici de plus amples informations.

La technique d’isolation d’un toit froid

Une toiture plate peut être isolée de l’intérieur. Cette technique consiste à placer directement la feuille de laine de roche sous le support d’étanchéité. Il faudra tout de même une lame d’air ventilé entre les deux couches. Ce procédé est le plus ancien de tous. Son efficacité reste moindre, de plus les problèmes de fuite peuvent survenir. Le risque vient surtout d’une grande variation de température. La dilatation ou bien la compression du matériau constitue un facteur compromettant. Cette forte sollicitation entraîne des fissures. La craquelure apparaît après quelques années seulement. À cela s’ajoutent les soucis causés par la condensation. L’eau se forme dans la lame d’air et occasionne divers dégâts. Cela dit, l’isolation froide de la toiture n’est pas totalement prohibée. La technique est encore possible sous certaines conditions. Il revient au couvreur professionnel de décider en tenant en compte différents paramètres.

Une manière d’isoler une toiture chaude

La méthode dite « toiture chaude » permet de réduire les risques. Elle n’utilise pas de lame d’air. La couche d’isolation est sur la partie haute de la structure couvrante. Elle se place directement en dessous du support d’étanchéité. Cette technique nécessite souvent la pose d’un pare-vapeur. De la colle spécifique ou bien une fixation mécanique est indispensable. En ce qui concerne les matériaux, le choix demeure libre puisque les plaques et les produits en vrac restent envisageables. Dans tous les cas, l’humidité fait moins de dégât avec ce procédé. L’accumulation thermique améliore la déperdition de chaleur. La technique d’isolation de toiture chaude est l’une des plus rependues du moment. Il faudra tout de même reconnaître que chaque projet demande une étude au préalable. Ce qui justifie l’appel à une entreprise d’isolation toiture plate Bruxelles pour les propriétaires en Belgique. Le devis s’obtient assez rapidement auprès de ce prestataire.

Autre variante proposée par les professionnels

Une autre technique dite toiture inversée est suggérée par les couvreurs. Elle convient surtout pour les réhabilitations. Cette approche consiste à poser directement l’isolant sur le revêtement déjà en place. Cette double couche contribue à l’amélioration de l’étanchéité. L’ajout d’une épaisseur supplémentaire pour le lestage reste indispensable. Les matériaux tels que le gravier, le bois ou bien la dalle en béton peuvent être employés dans le cas d’un toit-terrasse. La structure doit être la plus solide possible pour résister au poids conséquent. L’accumulation de neige devrait être prise en considération dans les calculs. Actuellement, les spécialistes recommandent d’utiliser le polystyrène extrudé ou XPS. C’est le modèle le plus efficace disponible dans le commerce. Il supporte un poids important. Les immeubles avec parking sur le toit choisissent cette technique pour sa grande résistance. Le coût au mètre carré pour ce type d’aménagement varie en fonction de l’épaisseur demandée.

Isoler la toiture par des rouleaux

La laine de verre reste à ce jour l’isolant le plus utilisé. Elle montre son efficacité pour les toits plats. Elle a la particularité d’être facile à mettre en place. Ce qui en fait le matériau favori des bricoleurs. Ces derniers parviennent à installer eux mêmes la couche d’isolation. Il suffit de la fixer entre les chevrons. Ce produit d’origine minérale offre différents avantages. C’est un mélange obtenu à partir d’une mixture de soude et de sable de silicium portée à très haute température. Le tissage se fait pendant la phase de refroidissement. La laine de roche est une autre version encore plus écologique. Ce serait le choix le plus respectueux de l’environnement qui existe. De plus, cette matière stoppe net les ondes sonores. Ce qui en fait un isolant thermique de qualité. Les rouleaux d’origine minérale sont fabriqués à partir du basalte fondu à une température de 1400 ° C. En dépit de ce procédé complexe, leur prix reste accessible au plus grand nombre.

D’autres techniques envisageables pour l’isolation

Les laines minérales ont la particularité d’être ignifuges. Elles ne prennent pas feu lors d’un incendie. Cependant, la mise en place peut être fastidieuse. Les plaques sont plus faciles à installer. Il suffit de les visser ou les coller. Parmi les différents produits disponibles sur le marché, le XPS récolte de nombreux éloges. Sa forte résistance à la pression en fait un excellent choix. Le polystyrène extrudé ne craint pas l’humidité. Le polyuréthane ou PUR offre les mêmes bénéfices avec un meilleur coefficient thermique. Pour les bâtiments présentant un risque d’inflammation, il faut s’orienter vers le PIR. Le polyisocyanurate supporte le feu. Enfin, les panneaux en mousse phénolique sont les plus fins, mais efficaces qui existent actuellement. Un minimum d’épaisseur apporte une excellente isolation.

Read more
toiture-tuile

Quand nos toits s’habillent avec les tuiles en terre cuite Koramic

Habiller nos toits est une responsabilité qui inclut non seulement la protection de la maison, mais également l’esthétique. En effet, couvrir nos toits donne du cachet à notre habitation, mais par cela nous contribuons également à l’isoler tout en préservant l’environnement.

Les particularités des tuiles en terre cuite

Les tuiles en terre cuite Koramic recouvrent nos toits depuis le XIX ème siècle. Si cette technique d’habillage de toit reste aujourd’hui la plus prisée, c’est pour de bonnes raisons.

La première est sans aucun doute sa résistance au temps et aux intempéries. En effet, les tuiles en terre cuite endurent solidement les années, mais aussi le vent, la pluie ou la neige. Une toiture faite en tuile de terre cuite peut durer jusqu’à une génération, soit environ une trentaine d’années. Sa robustesse permet également de supporter le poids d’une personne. Cela facilite les travaux d’entretien.

Les formes de tuiles en terre cuite peuvent également varier en fonction de votre habitation et de vos choix. 

– La tuile canal qui convient aux toits à faibles pentes et aux régions ensoleillées

– La tuile plate adaptée pour les toits en pentes ou à spécificité comme celles en tourelles, ogives, etc.

 – La tuile à emboîtement qui a une excellente résistance au vent.

La fabrication des tuiles en terre cuite

Si auparavant, les tuiles en terre cuite ont été fabriquées de manière artisanale, aujourd’hui elles sont construites de manière plus moderne et industrielle. Avant d’être utilisées pour les travaux de toiture à Bruxelles, les tuiles Koramic sont passées par différentes étapes.

La première est l’extraction de l’argile principale composante de la tuile. Celle-ci est ensuite broyée et humidifiée. Après quoi, il en ressort un long ruban qui sera alors découpé en proportions égales. Les tuiles sont par la suite recouvertes de poudres minérales avant d’être séchées. Le procédé se clôturera par la mise au four durant 16 heures à 1 100°C.

Les avantages des tuiles en terre cuite

Le premier avantage que procurent les tuiles en terre cuite Koramic est sans aucun doute son pouvoir protecteur. En effet, avec ces tuiles, vous êtes bien à l’abri des intempéries, mais elles sont aussi particulièrement isolantes, thermiquement parlant. Tout d’abord, l’humidité n’a aucun effet sur elles. Ensuite, elles disposent d’un excellent pouvoir thermo réfléchissant qui constitue une bonne barrière au froid comme à la chaleur.

Les risques d’incendie sont également réduits avec l’utilisation des tuiles en terre cuite. En effet, ces dernières sont résistantes au feu. Ceci explique le choix de leur emploi pour certaines régions exposées aux incendies.

D’autre part, même si elles sont plus lourdes, poser des tuiles en terre cuite est simple comparé aux autres types de couvertures de toit. Le remplacement d’une tuile quand cela s’avère nécessaire n’est donc pas compliqué du tout.

Pour ce qui est du côté esthétique, vous aurez l’embarras du choix, car les tuiles en terre cuite Koramic se déclinent en plusieurs coloris et plusieurs formes. Toutefois, renseignez-vous auprès de votre mairie. Il se peut que certaines règles d’urbanisme régissent le choix des couleurs et des formes des tuiles.

Des tuiles aux normes écologiques 

Enfin, mais pas des moindres, l’heure est aux ODD. Afin de pouvoir s’y aligner, certaines normes écologiques se doivent d’être respectées pour la préservation de l’environnement. Les tuiles Koramic répondent à ces exigences.

Fabriquées à partir d’éléments à 100% naturels, les tuiles en terre cuite sont respectueuses de l’environnement. Un autre point supplémentaire pour faire de ces tuiles en terre cuite des matériaux écologiques est leur fabrication locale. Ceci crée des emplois et contribue au développement de l’économie de la région. 

La ville de Bruxelles sous certaines conditions, octroie des primes pour encourager la création de toitures vertes sur son territoire. Renseignez-vous sur les normes d’éligibilité. 

L’entretien des tuiles en terre cuite

Une toiture faite en tuiles demande un entretien régulier. La fréquence idéale de vérification est d’une fois l’an. Le mieux est de le faire en période post tempête. C’est le moment opportun pour vérifier les dégâts qu’elle aurait occasionnés sur votre toiture et de procéder aux réparations nécessaires.

Une toiture en tuiles de terre cuite nécessite aussi un nettoyage régulier afin de la débarrasser de toute insalubrité et dépôt. Ceux-ci pourraient en effet entraver la bonne évacuation des eaux de pluie. Les nettoyeurs haute pression s’avèrent efficaces pour désencrasser, mais elle est à proscrire pour les tuiles. Ce type de nettoyage risque de les endommager. Privilégiez le bon vieux balai-brosse pour cette tâche.

La mousse qui est désagréable au regard ne constitue pas un danger pour votre toiture en tuile. Elle ne lui est effectivement pas nuisible. En revanche, cette plante peut être une barrière au bon écoulement des eaux de pluie sur votre toit. C’est la seule raison qui pousse à l’enlever. Pour procéder à cet entretien, l’intervention d’un professionnel est toujours conseillée.

Read more
Ecran-sous-toiture

Mise en place d’un écran de sous-toiture

Recommandé sans être obligatoire, l’écran de sous-toiture contribue au confort des occupants d’une maison. Il joue un rôle de protection de tout le bâtiment en renforçant l’étanchéité. L’ajout de cette couche isolante améliore de manière significative la performance énergétique d’un habitat. Il existe différentes sortes de matériaux et de techniques qui ont leurs avantages respectifs. Voici de plus amples informations sur les écrans de sous-toiture. 

Qu’est-ce qu’un écran de sous-toiture ? 

Disponible en diverses déclinaisons, l’écran de sous-toiture est un revêtement isolant sous le couvrant d’une maison. Son installation reste facultative. Cependant, certains types de construction l’exigent. C’est notamment le cas lorsqu’il n’y a pas assez de pentes. Cela augmente le risque de fuite. L’ajout de cette couche rend le toit étanche à l’eau et la neige. Le vent ne devrait pas s’engouffrer dans le bâtiment grâce à des plaques ou un rouleau placé juste en dessous des tuiles. Cet élément évite également aux insectes ou d’autres intrus de s’infiltrer dans la maison à travers la toiture. Son installation demande l’ajout d’une armature. Parfois, les supports existants tels que le chevron ou les fermettes vont suffire. La pose peut aussi se faire directement sur la volige ou les panneaux soutenant le faux plafond. Quoi qu’il en soit, la maison gagne en performance énergétique. La déperdition de chaleur par le haut du bâtiment est amoindrie significativement. Cette isolation devient indispensable lors de l’aménagement des combles. Elle assure le confort thermique des occupants de la nouvelle pièce. 

Différentes sortes d’isolation sont disponibles sur le marché

Les fabricants rivalisent d’ingéniosité dans la création de nouveaux types d’écrans de toiture. Différentes marques sont présentes dans le secteur. Cela dit, les produits actuellement disponibles sur le marché se déclinent en quatre catégories. Les feuilles bitumées sont les plus rependues. Cette technique classique assure une excellente étanchéité. La résistance au vent est également appréciable. Par contre, le poids du revêtement demande un support bien solide. Offrant la légèreté comme principale qualité, les films synthétiques micro perforés ont aussi l’avantage d’être faciles à mettre en place. L’installation se fait rapidement avec ce modèle à la fois moderne et pratique. Cependant, la perméabilité à la vapeur constitue un point à vérifier. Quoi qu’il en soit, une bonne ventilation reste de rigueur. Les HPV laissent passer les émanations pour éviter la condensation. Spécialité de notre société de toiture à Bruxelles, ce procédé rend la structure respirant. La couche supplémentaire s’ajoute directement sur le principal isolant. Cette technique a le mérite de s’adapter à tous les types de bâtiment. Destinés pour les zones très ensoleillées, les écrans réfléchissants font rebondir les rayons ultraviolets. Ils protègent les occupants de la maison d’une forte chaleur, mais restent respirants. 

Propriétés qu’il faudra exiger de cet élément de la toiture 

 Il existe différentes caractéristiques qu’il faudra considérer dans le choix d’un écran de toiture. Cela commence avec l’économie d’énergie qu’il offre. La couche primaire doit assurer le maintien de la chaleur intérieur de la maison. Elle devrait tout de même rester perméable à la vapeur. La ventilation constitue un autre paramètre à vérifier. La feuille ou le plaque laisse normalement l’air circuler sans trop compromettre l’isolation thermique. L’eau ne devrait pas passer, tout comme la neige et les poussières. L’idéal serait d’opter pour un écran de toiture facile à monter. C’est le cas pour les modèles qui n’exige pas d’espace de ventilation supplémentaire. Ils réduisent considérablement le temps de pose et amoindrissent le coût de la main-d’œuvre. La durabilité constitue un point important à vérifier. Le prix de cet élément du toit représente un investissement. Ce serait préférable qu’il offre de loyaux services pendant quelques décennies. L’humidité, la fuite d’eau ou d’autres agressions peuvent le rendre moins pérenne. 

Pourquoi faut-il contacter une société spécialisée pour l’installation ? 

Que ce soit pour une nouvelle construction ou une réfection, les services d’un couvreur professionnel sont indispensables. La mise en place d’un écran de toiture peut être faite par un bricoleur. Cependant, l’amateurisme peut coûter cher. La moindre erreur dans l’installation de la couche primaire de l’appentis compromet l’imperméabilité à l’eau. La neige, la poussière et d’autres éléments extérieurs risquent également de s’engouffrer à l’intérieur. D’ailleurs, une société de toiture à Bruxelles assure le respect des normes en vigueur. Cette spécialiste peut retrouver exactement le même type d’écran dans le cas d’une réhabilitation. Il est important de reprendre un modèle identique à l’original, notamment pour une maison couverte en tuiles. Le démontage reste très délicat pour la rénovation d’un toit en ardoise. C’est une mission à confier à un expert dans le domaine. L’ajout de matériel de qualité rallonge la durée de vie de tout le bâtiment. Contrairement aux idées reçues, faire appel à une entreprise spécialisée reste accessible à tous les budgets. Il faut demander un devis pour s’en apercevoir. Enfin, les erreurs peuvent coûter cher au bricoleur.  

Read more
roofing

Tout savoir sur l’entretien et la réparation du roofing

Élément essentiel de la façade de la maison, la toiture joue un rôle important aussi bien dans l’esthétique que l’isolation de l’habitation. Une défaillance de cette dernière peut mener vers des conséquences graves sur toute la maison surtout s’il s’agit d’un toit en roofing. Il est ainsi essentiel d’effectuer un entretien et une rénovation réguliers de ce type de toit pour assurer sa longévité et protéger au mieux ses occupants.

Roofing : c’est quoi précisément ?

Très populaire, le roofing est un revêtement destiné aux toits plats. Il est généralement composé de polyester ou encore de fibre de verre ainsi que de fibres synthétiques qui permettent de le rendre plus élastique. On distingue généralement deux sortes de roofing notamment celui à base de styrène butadiène styrène (SBS) et celui fabriqué à partir de polypropylène atactique ou PP.

Le roofing SBS

Ce type de revêtement est constitué de bitume mélangé à de l’élastomère. À la fois élastique et adhésif, le roofing SBS convient à tout type de surface notamment le bois, le béton ou encore une couche d’isolation. En effet, ces matériaux ont tendance à se dilater et à se rétrécir, ce qui permet au roofing de se fixer convenablement. Comme ce type de bitume est moins protégé contre le rayonnement violet, il est indispensable de rajouter une couche de lestage supplémentaire à l’image du gravier. Cela permet notamment d’éviter que la toiture devienne poreuse avec le temps.

Le roofing APP

Fabriqué à base de plastomères, ce type de roofing est utilisé pour protéger la toiture contre les rayons ultraviolets et les températures extrêmes. Moins élastique que le SBS, le roofing APP est plutôt adapté pour les toits qui ne nécessitent pas trop de travail à l’installation.

Différentes étapes pour réparer un roofing

Le roofing constitue l’épiderme d’un toit plat. À la moindre altération, il est alors indispensable de procéder à une réparation de toiture à Bruxelles rapidement. Pour ce faire, il faut tout d’abord réunir les fournitures et l’outillage nécessaires. On a besoin notamment de pâte de réparation bitumeuse, de toile de verre, de produit anti-mousse, de revêtement de caoutchouc ainsi que de gants de travail. Une brosse dure, un cutter, une spatule métallique, un pinceau ainsi qu’un nettoyeur haute pression peuvent également être d’une grande utilité.

Nettoyage du toit

Pour commencer, il est crucial de bien nettoyer la couverture de toit. En effet, comme le toit constitue un environnement favorable à la pousse des mousses, il faut tout d’abord les enlever à partir d’un produit anti-mousse et d’une brosse. Après, il est indispensable de laisser agir pendant une heure ce produit avant d’utiliser le nettoyeur haute-pression.

Recherche des dommages éventuels

Une fois le toit propre, il faut examiner avec soin chaque recoin de la toiture pour détecter les endroits critiques. Pas toujours évidente, la recherche de l’endroit d’où provient la fuite peut être complexe et prendre du temps. Généralement, les eaux pénètrent par des fissures ou encore par des boursoufflures qui proviennent de l’accumulation de l’humidité contenue sous la couverture de toit.

Réparation des dommages

Quand vous aurez repéré tous les dommages, on peut procéder à une réparation toiture Bruxelles. Tout d’abord, il faut bien nettoyer l’endroit endommagé à l’aide d’une brosse dure. Par la suite, il faut le couper en croix à l’aide d’un cutter puis on décolle les parties coupées. Cela va permettre de nettoyer minutieusement la sous-toiture à l’aide d’un chiffon ou encore un sèche-cheveux. Une fois que la partie endommagée est bien sèche, on peut commencer à appliquer la pâte de réparation bitumeuse sur la sous-toiture à l’aide d’une spatule métallique. Enfin, on referme le tout grâce à une pâte enduite.

Guide pour entretenir un roofing

Pour assurer la longévité d’une toiture recouverte de bitume, il est indispensable de procéder à quelques travaux d’entretien régulièrement. Pour cela, il faut procéder au traitement des mousses et au rafraîchissement du toit.

Traitement des mousses

Le premier ennemi d’un roofing de toiture reste les mousses. En effet, ces végétations peuvent empêcher le bon écoulement des eaux du toit et favoriser sa détérioration. Aussi, il est important, une à deux fois par an d’asperger à l’aide d’un arrosoir un traitement anti-mousse ou de l’eau javellisée. Après quelques jours, on enlève les mousses mortes et on s’assure qu’aucune ne reste dans les avaloirs de toiture ou les descentes d’eaux.

Rafraîchissement d’un toit plat

Une bonne manière d’entretenir le roofing est également de rafraîchir le toit. Pour ce faire, on peut utiliser des coatings qui sont disponibles dans les magasins spécialisés. Tout en renfonçant la couche protectrice du toit, on évite de remplacer le roofing. Pour commencer, il faut tout d’abord appliquer une couche de prime à l’aide d’une brosse puis on le laisse sécher. Par la suite, on applique une première couche de coating puis une seconde tout en prenant soin de ne pas abîmer la couche précédente.

Read more
type-de-toiture

Les matériaux les plus usités pour les travaux de toiture

Avoir un toit sur la tête est synonyme de bénédiction. Avoir une habitation dotée d’un bon toit donne immédiatement la sensation d’être à l’abri. Le principal but d’un toit est donc de permettre une parfaite isolation et étanchéité. Pour y parvenir, plusieurs matériaux sont sollicités, voici les plus appréciés pour rénover ou construire une toiture.

Les tuiles en terre cuite ou en béton

Ce matériau est très demandé pour une rénovation de toiture à Bruxelles. Il est surtout aimé pour son rendu classique et sobre. Cela lui confère toujours un aspect très classe.

Ce genre de toiture se décline sous plusieurs coloris et existe sous plusieurs formes. Ils seront choisis en fonction des législations de la mairie où vous êtes situés et de la forme de votre habitation. Outre ses qualités esthétiques, il est aussi apprécié pour son endurance face aux intempéries notamment le gel. 

Les tuiles constituent également d’excellents isolants thermiques. Choisir une toiture en tuiles c’est aussi investir dans du solide et dans la durée. Enfin, mais pas des moindres, une toiture en tuiles est facile à entretenir.

Les ardoises

C’est le matériau qui peut se targuer d’avoir la plus longue durée de vie. Réservée pour les toits en pente, l’ardoise se fixe par un système de crochets.

La preuve que le temps n’a pas d’emprise sur ce matériau est sa couleur qui reste immuable face à tout, en particulier le feu.

Ceci lui confère donc le droit d’afficher des prix qui se situent au-dessus de ceux des tuiles. Son éternelle jeunesse et sa beauté inaltérée sont des arguments de poids qui justifient l’attrait des professionnels comme des particuliers pour ce matériau. Un toit en ardoise suscitera toujours plus de convoitise pour le rendu esthétique qu’il procure. 

Le Zinc

Le prix de ce matériau se situe à cheval entre la tuile et l’ardoise. Un toit recouvert avec du zinc donne l’impression qu’il est tapissé par des feuilles. Les particularités de ce composant reposent sur la légèreté de son poids et qu’il est très facile à travailler. Une autre de ses spécificités est sa résistance à la corrosion. Outre cela, sa durée de vie va au-delà de 50 ans. Autant dire que c’est un investissement intéressant. 

Si vous souhaitez apposer une nouvelle fenêtre de toits ou installer un panneau solaire, c’est généralement à ce matériau que les professionnels ont recours. Un toit fait avec des feuilles de zinc fait miroiter des reflets bleutés. Ces derniers sont hélas altérés par le temps. Un autre inconvénient résulte du fait que sa pose est assez compliquée et elle n’est pas acceptée partout.

Avant de jeter votre dévolu sur le zinc, il est important de connaitre les autres matériaux de construction et les métaux qui ne peuvent pas s’accommoder avec lui. Ces derniers sont l’acier le carbone, le châtaignier, le chêne, le plâtre, les chaux ainsi que le ciment.

Shingle

Ce matériau se fait aussi appeler bardeau bitumé. Son utilisation est très courante parce qu’elle se positionne en deuxième place après la tuile. 

C’est un matériau très adaptable, car il peut se poser sur la plupart des toitures. Son principal atout est sa grande résistance à l’eau ainsi qu’au feu. Le Shingle peut être utilisé sous différents coloris et son prix est abordable. Ses points faibles sont sa durabilité. Choisir un toit en shingle implique donc de fréquents remplacements.

Toiture végétale

Également qualifié de toiture verte, c’est une tendance qui attire de plus en plus d’adeptes ces derniers temps. Il s’agit en somme de végétaliser son toit.

Le premier avantage c’est que cela constitue un geste écoresponsable. En fonction de vos envies et de vos possibilités, ce toit peut aussi comporter un jardin. 

Votre maison sera incontestablement très belle avec ce genre de toiture. En plus de ce côté esthétique, cette toiture végétale vous servira également de régulateur thermique. Vos hivers seront donc très doux et vous ne souffrirez pas des canicules d’été. Cette bonne isolation réduira aussi considérablement votre facture d’électricité.

La qualité a un prix. Ce type de matériau pour votre toiture demandera un budget spécial pour son entretien. D’autre part, un renforcement de la toiture est souvent nécessaire, car cet aménagement entraîne un poids considérable.

TPO ET EPDM

Le TPO est constitué principalement de vinyle, l’EPDM quant à lui possède une base en caoutchouc synthétique. Ces matériaux sont le plus couramment destinés aux toits plats ainsi que pour les toitures vertes.

Ces matériaux sont reconnus pour résister farouchement aux intempéries de toutes sortes (neige, gel, pluie, vent ou soleil). Bien que très légers, ils ont une durée de vie très correcte qui se situe entre 15 et 30 ans. Avec ce type de matériau, vous n’aurez pas affaire avec les incommodités telles que les moisissures. D’autre part, une toiture avec ces matériaux ne nécessite pas d’entretien particulier. 

Enfin, ce type de toiture est recyclable, un atout considérable dans l’ère écologique à laquelle nous vivons.

Read more
isolation-toiture

Guide pour réussir son isolation de toiture à Bruxelles en 2020

Saviez-vous que 30% des déperditions thermiques proviennent du toit ? Pour améliorer alors la performance thermique de sa maison, il est indispensable de bien isoler sa toiture. Aujourd’hui, on retrouve sur le marché plusieurs matériaux qui permettent de garantir l’étanchéité de son habitation. Pour choisir la solution la plus efficace, il est crucial alors de se renseigner sur les propriétés de chaque isolant. Dans cet article, vous trouverez un guide pour réussir l’isolation de votre toit.

Isolation de toiture : les avantages

L’isolation de toiture de sa maison ne doit pas être prise à la légère. En effet, il s’agit d’un facteur important qui va influencer la variation de température à l’intérieur de son logement. Également, elle détermine de manière significative le montant de la facture de chauffage chaque mois.

Une réduction de la variation de température

Pour éviter qu’un vent glacial ne vienne refroidir vos nuits d’hiver ou qu’une chaleur étouffante perturbe vos journées d’été, il est impératif d’assurer l’isolation de votre toiture à Bruxelles. En effet, cet élément de la maison est la plus grande paroi en contact avec l’extérieur et responsable d’une grande partie de la perte thermique au sein de l’habitation. En installant des isolants efficaces, on peut remédier efficacement à ces problèmes et limiter les variations de température. Aussi, votre maison est à l’abri des différentes conditions climatiques.

Une économie d’énergie considérable

Comme les déperditions thermiques sont largement réduites, on assiste à une diminution significative des besoins en chauffage ou encore en ventilation. Les économies réalisées sont constatées à chaque fin du moins. Si elles sont souvent moindres, elles constituent des sommes importantes sur le long terme. Par la même occasion, on contribue à la préservation de l’environnement comme on consomme moins d’énergie primaire surtout si sa chaudière fonctionne au gaz ou encore au bois.

Les différents types d’isolants

Pour une isolation de toiture à Bruxelles, on peut tout d’abord opter pour des isolants sous forme de laine ou encore du polyuréthane qui est très efficace pour empêcher la chaleur ou le froid pénétrer dans la maison. On retrouve également sur le marché des isolants qui assurent l’étanchéité de la maison de l’extérieur comme l’isolation en sarking, en caisson chevronné ou avec un système Intégra Reno.

Isoler sa toiture avec des isolants en forme de laine

Souples et peu coûteux, les isolants en forme de laine sont très appréciés pour leur installation facile. Ceux utilisés pour la toiture sont généralement d’origine animale, synthétique, végétale ou encore minérale. En termes de formes, on en trouve de toute sorte notamment en panneaux, en rouleaux, en flocons en vrac ou encore en plaques. En plus d’être très résistants au feu, les isolants en laine ont l’avantage d’offrir une bonne isolation acoustique.

En général, on retrouve cinq types principaux de laine notamment la laine de verre, de roche, de lin de chanvre ou encore de mouton. Grâce à longévité qui peut s’étendre sur plusieurs dizaines d’années, ce matériau offre une isolation optimale tout au long de sa durée de vie et conserve exactement la même épaisseur. Le seul inconvénient de ce matériau, c’est qu’il est souvent à l’origine de problèmes l’humidité surtout si votre toit présente fréquemment des fuites.

Les autres matériaux pour isoler le toit

En outre le laine, on peut également isoler le toit à l’aide d’un matériau appelé polyuréthane. Composé d’une structure alvéolaire et renfermant un gaz jugé très isolant, ce matériau a le mérite de figurer parmi les meilleurs isolants du marché actuel. En effet, la combinaison de ces deux éléments constitue une barrière performante pour éviter les déperditions de la chaleur. Toutefois, cette efficacité a un prix. 

À part le polyuréthane et la laine, la fibre de bois, le textile recyclé ou encore la ouate de cellulose peuvent servir également d’isolant. Ces matériaux sont surtout utilisés dans le monde de l’écoconstruction. Quant au papier de journal recyclé, il offre une bonne isolation phonique ainsi qu’une grande longévité à petit prix. Ce dernier peut parfaitement remplacer la laine avec une meilleure absorption des vapeurs d’eau et ainsi de l’humidité.

L’isolation par l’extérieur

Si l’isolation par l’extérieur est très efficace, on peut également renforcer l’étanchéité de la maison en optant pour une isolation par l’extérieur. Cette technique consiste à ériger une barrière de l’extérieur de la toiture pour que le climat extérieur n’influence pas la température intérieure. Pour ce faire, on peut tout d’abord choisir l’isolation en sarking qui consiste à rehausser la toiture existante de manière à ce que l’air ne passe pas en dessous. 

L’isolation par caisson chevronné utilise un panneau autoportant isolé de la mousse polyuréthane pour isoler la maison. Enfin, la technique Intégra Réno se sert de parement existant sur les rampants de la toiture pour faire office de barrière au froid et à la chaleur au gré des saisons.

Read more
couvreur

Bien choisir son couvreur à Bruxelles

On voudrait toujours pour soi le meilleur des services avec un prix raisonnable. Quand il s’agit de réaliser des travaux d’installation de toit ou de réfection, il faut faire appel à des professionnels. Comment faire donc pour trouver le couvreur qui effectuera cette prestation à la hauteur de nos attentes quand on se trouve à Bruxelles ? 

Se fier à des références fiables

Quand on veut être sûr d’une chose, le mieux est toujours de demander aux personnes en qui on a confiance. Interrogez donc d’abord les personnes autour de vous pour savoir si elles ont déjà eu recours à des prestataires pour le service que vous cherchez. Comme les avis peuvent varier d’une personne à une autre, établissez une liste et vous ferez ensuite les comparatifs.

Vieux comme le monde, le bouche-à-oreille est toujours la meilleure publicité qui soit. En effet, vous pouvez constater de visu les travaux effectués et aurez un feed-back fiable puisqu’il provient de vos proches. Si famille et ami vous confirment que c’est un prestataire efficace, n’attendez pas longtemps pour le contacter et de lui demander un rendez-vous.

Prendre l’avis des constructeurs

Le monde de la construction est petit et à force de travailler sur le même territoire, les personnes qui travaillent dans le même secteur finissent par se connaître. Les sociétés de renom comme notre entreprise générale de toiture Bruxelles, AF Energie se distinguent alors. Ces professionnels peuvent alors vous orienter dans le choix de votre entrepreneur. Pensez aussi aux courtiers immobiliers qui peuvent aussi connaître l’adresse d’un bon couvreur.

Visiter les forums spécialisés sur Internet

Les forums pullulent d’avis sur un sujet. Cela peut donc constituer une mine d’informations pour trouver le couvreur qu’il vous faut dans la région de Bruxelles. Vous pouvez échanger sur le sujet de travaux de toiture sur les nombreuses pages qui existent sur Internet. Cela vous permettra de demander à d’autres internautes des recommandations pour trouver un couvreur.

Ces personnes peuvent aussi témoigner de leur expérience avec photos à l’appui sur les prestations d’un couvreur professionnel. Il se pourrait même que ce soient les personnes qui se chargent de ce service qui vous répondent. Un couvreur qui établit un devis gratuit 

Une fois que vous avez une liste restreinte des couvreurs professionnels à contacter, approchez-les un par un et demandez-leur à ce qu’ils vous établissent un devis. Document essentiel avant toute signature du contrat, le devis est établi gratuitement.

Outre sa gratuité, le devis doit être le plus clair et le plus compréhensible possible pour le futur client. En effet, il servira de référence pour ce dernier dans la mesure où le document précise quelles sont les différentes tâches qui seront réalisées par le futur prestataire.

En plus de cela, le devis permettra au client de connaître avec précision le coût de chaque prestation, le montant des matériaux, les taxes correspondantes. Au final, le devis est indispensable afin que vous n’ayez pas de mauvaises surprises à la fin de la prestation livrée par le couvreur. L’absence d’un devis peut être dangereuse pour le client, car il se pourrait que des frais cachés soient facturés.

Trouver un couvreur avec des garanties

Un service est toujours plus attractif quand il inclut des garanties. Un couvreur professionnel se doit donc de pouvoir offrir une garantie. En tant que professionnel, un couvreur doit être en mesure d’offrir à ses clients une garantie. Dans le respect des normes, les travaux qu’il donne doivent être garantis sur une période de dix ans. Cela justifie son appellation de garantie décennale. Durant ce délai donc, en cas de dégâts, vous pourrez le rappeler. 

Mise à part cette garantie décennale, demandez aussi si le prestataire de votre choix dispose d’une assurance responsabilité civile professionnelle. Tous les couvreurs professionnels en effet doivent souscrire à cette assurance.

Vérifier les équipements utilisés par le couvreur 

Pour qu’un couvreur soit qualifié de professionnel, il lui faut détenir les équipements qui répondent aux normes de sécurité en vigueur pour effectuer les travaux.

Vous pouvez également vous renseigner sur la performance de son équipe pour savoir si elle possède les qualifications techniques qu’exige l’installation d’un toit.

Les autres informations pertinentes

Pour choisir la meilleure entreprise, fiez-vous aux informations suivantes :

  • Les prix de vos devis de toiture les prix varieront d’une entreprise à une autre pour la même prestation. Assurez-vous que les prix proposés soient conformes au marché. Des tarifs trop élevés dénotent une filouterie et des prix anormalement bas peuvent indiquer un amateurisme.  
  • le devis devrait vous détailler les travaux dans leur intégralité. Ne signez que si vous êtes renseigné sur le type de matériau utilisé, les différentes prestations incluses et leurs conditions.
  • Les délais : faites le comparatif des entreprises qui effectuent des travaux de toiture. Certaines procèdent sur plusieurs mois. Le temps est de l’argent que vous ne pouvez pas gaspiller. Faites-en donc bon usage pour vous décider.
Read more

Remplacer sa toiture en Belgique : pourquoi, quand et comment ?

L’état de la toiture est un point essentiel pour le confort d’une habitation. Même si ce n’est pas obligatoire et réglementé par la loi, un entretien régulier est requis pour assurer sa condition. En effet, le contrôle continu d’une toiture lui garantit une longévité optimale.

Quand rénover sa toiture ?

La rénovation de toiture doit être envisagée selon une période idéale. Cette période dépend de l’état de la toiture, de sa durée de vie, mais aussi de la saison. Alors quand est-ce que la rénovation serait optimale ?

Un contrôle régulier

Avant de passer directement à un remplacement de toiture en Belgique, il faut effectuer un constat de l’état de celle-ci. Ainsi, un contrôle annuel et après chaque grosse intempérie est conseillé. Cette technique permettrait d’empêcher les éventuels dégâts de s’aggraver.

Une vérification selon la longévité du toit

Aussi, une inspection et un diagnostic effectués par un professionnel sont préférables. Pour les toits comptant moins d’une vingtaine d’années, la vérification devra se faire tous les 10 ans. Entre 20 à 40 ans, la toiture sera vérifiée tous les 2 ans. Et pour les toitures plus anciennes, c’est-à-dire dépassant les 40 ans, il faut une vérification annuelle.

Des saisons idéales

Pour les travaux de rénovation de toiture, les saisons idéales pour appeler son couvreur en Belgique sont le printemps, l’été et l’automne. En même temps, vous devez vous rappeler que les congés bâtiments sont répartis sur tout le mois de juillet.

Pourquoi rénover sa toiture ?

La rénovation de toiture peut être envisagée pour plusieurs raisons. Il peut être réalisé dans le but :

  • D’améliorer l’état de la toiture

Souvent, la principale raison d’une rénovation de toiture concerne les toitures en mauvais état. Comme nous l’avons dit, une toiture subit des dégâts et des intempéries au fil du temps, il est donc absolument nécessaire de procéder à son remplacement. Pour éviter que certains problèmes ne se manifestent de manière récurrente, la meilleure solution est d’effectuer une réparation.

  • De rénover et de protéger sa maison

Avant tout, rénover sa toiture revient à protéger sa maison. En effet, la toiture est l’un des éléments qui garantissent la sécurité de cette dernière. Une fuite ou une charpente qui prend de l’âge ne doit donc pas être négligée.

  • De faire des économies

La toiture est la principale zone de déperdition thermique. Une maison peut perdre jusqu’à 30% de chaleur à travers son toit. Ainsi, faire appel à un couvreur expert en Belgique pour mettre l’accent sur l’isolation de la toiture permettrait de réaliser des économies sur la facture. Cela aiderait à baisser considérablement la consommation en énergie.

–          De mettre en valeur sa maison

En actionnant le levier pour une rénovation de toiture, vous n’assurez pas seulement le côté fonctionnel et technique de la maison. Une rénovation de toiture garantit également la mise en valeur de votre bien. En effet, vous pourrez choisir les matériaux tendance pour apporter un nouveau souffle et du cachet à votre habitation. Celle-ci aura un aspect plus rajeuni pour le plaisir des yeux.

Quelles sont les réglementations en vigueur en Belgique pour un aménagement de toiture ?

Chaque commune et chaque région dispose de sa propre réglementation, il est donc plus judicieux de prendre contact avec le service d’aménagement du territoire de votre administration. Voici des exemples pour la région de Bruxelles et la Région wallonne.

À Bruxelles

L’urbanisme en Région de Bruxelles-Capitale est régi par le CoBAT (Code bruxellois de l’aménagement du Territoire). Dans cette région, seuls les travaux qui consistent à modifier la forme ou la couleur de la toiture nécessitent un permis de construire. Si le nouveau revêtement est le même que celui d’origine, un remplacement du matériau de couverture ne requiert pas de permis. Dans le cas contraire, le permis sera exigé. Les travaux de surélévation ou les types de transformations importantes feront également l’objet d’un permis.

En Région wallonne

Les réglementations sont régies par le CoDT (Code de Développement Territorial) en Région wallonne. Le remplacement de toiture n’est pas soumis à une obligation de permis d’urbanisme en Wallonie si :

  • Les rénovations couvrent moins d’un quart de la superficie totale de l’habitation
  • Les nouveaux matériaux présentent le même aspect extérieur que les précédents
  • L’épaisseur totale n’excède pas 30 cm.

Les étapes de la réalisation d’un remplacement de toiture

Généralement, la réalisation d’un remplacement de toiture peut s’effectuer en 3 étapes.

La première étape consiste à enlever la toiture objet de la réfection. Il faut faire descendre les matières de la toiture du toit au sol. Les couvreurs devront effectuer cette étape avec efficacité tout en respectant les normes exigées par l’environnement. Ils devront bien ranger les matériaux pour ne pas déranger le chantier et trier celles qui sont recyclables. Celles qui sont encore réutilisables peuvent encore être gardées.

La deuxième étape concerne la vérification de la fiabilité de la charpente. Si elle est encore assez solide pour soutenir la nouvelle toiture, les couvreurs peuvent directement commencer les travaux de remplacement. Si, par contre, des défaillances sont perçues, alors, une construction de nouvelle charpente est obligatoire.

La dernière étape consiste à poser la nouvelle toiture tout en assurant au maximum son étanchéité. Cette pose varie selon le type de toit et la forme de la toiture.

Read more